Dox ak sa Gox

 

DOX AK SA GOX ou « Marcher avec sa communauté »

 

Dox Ak Sa Gox[1] : Pourquoi?

 

Ce projet vise à sensibiliser et la mobiliser les citoyens, jeunes notamment, afin de conserver la dynamique citoyenne observée lors de la précédente élection présidentielle en 2012. La démocratie sénégalaise déjà citée en exemple, ne peut être pérenne sans la consolidation des acquis par le renforcement du Contrôle Citoyen de l’Action Publique (CCAP) et de la participation citoyenne. A travers celles-ci, les parties prenantes peuvent contrôler, et influer sur : l’établissement des priorités; l’élaboration des politiques; l’affectation des ressources; l’accès aux biens et services publics.

Pour ce faire, les principaux défis résident encore dans (i) la persistance des pratiques, des perceptions et des conceptions patrimoniales de la chose publique, (ii) le non-respect des normes et principes de démocratisation et (iii) la faiblesse des institutions de l’Etat.

 

Dox Ak Sa Gox : Quels objectifs ?

 

  • Favoriser une forte participation des citoyens aux débats publics : délibérations, fora, concertations locales d’intérêt public  par la mise en place de l’observatoire de la démocratie représenté dans toutes les localités, de sorte à;

 

  • Susciter un éveil de conscience développé sur le droit des citoyens d’être informés sur la gestion des Affaires publiques et l’obligation des élus de rendre compte aux citoyens par la création d’un site web consacré au monitoring ;

 

  • Mettre en œuvre un programme de sensibilisation sur le contrôle et la participation des citoyens dans l’action publique, la reddition des comptes et le respect des promesses électorales ;

 

  • Initier des manifestations citoyennes populaires à l’échelle nationale, pour permettre aux citoyens d’exprimer leurs priorités, et aux élus de les prendre en compte dans l’élaboration des politiques publiques.

 

Dox Ak Sa Gox : Quelles activités ?

 

  • Formation et renforcement de capacités

Le renforcement des capacités des jeunes a pour but de leur doter des outils susceptibles de leur permettre d’exercer un meilleur contrôle citoyen sur l’action des pouvoirs publics. Pour cette première année du programme, le Leadership et les outils de la Gouvernance locale ainsi que la prise en compte des questions de genre sont les principaux axes retenus pour les activités de renforcement des capacités.

 

  • Développement du site web du monitoring

Le site de monitoring est un portail qui permet, d’une part de consulter toutes les informations relatives aux institutions, à la croissance du pays, aux réalisations et les niveaux d’exécution des projets et d’autre part ce qui reste à faire par rapport aux engagements pris auprès des citoyens.

Cette plateforme aidera les citoyens à avoir un espace virtuel interactif où ils peuvent contribuer, partager, recevoir et analyser les informations sur les processus de gouvernance au Sénégal, en temps réel et de façon accessible. Cette solution permettra également de recevoir les informations des citoyens à travers les SMS, l’e-mailing, twitter etc.

 

  • Les « Jury citoyens itinérants »

L’idée est de valoriser la capacité de mobilisation des leaders du mouvement Y en a Marre en les faisant sillonner le pays dans le but de tenir de grands rassemblement citoyens ayant pour objectif de créer un dialogue constructif entre les citoyens et leurs élus. Ces manifestations donnent la possibilité aux citoyens des localités d’exprimer leur opinion sur la gouvernance locale, d’exposer leurs priorités pour une meilleure prise en compte de celles-ci par leurs élus, et offrent également l’opportunité d’interpeler les élus sur des échéances.

 

 

[1] Terme du dialecte Sénégalais le wolof, signifiant littéralement “Marcher avec sa communauté”.

Scroll Up