L’école de la 2ème chance, pour accompagner les élèves défavorisés

Accompagnement des élèves défavorisés

Le projet école de la 2ème chance

Ecole 2eme chance

Ce projet et initié et piloté par l’Esprit Y en a Marre de Paris. Son but est d’aider à l’accès à une formation professionnelle diplômante aux jeunes en situation de rupture scolaire. Face au manque de qualification de bon nombre de jeunes issus de milieux défavorisés, le PFJ (Projet pour la Formation des jeunes) met en place une structure d’accompagnement qui favorise leur insertion dans la vie active.

Le livrable du Projet est, à la fin de chaque promotion, d’avoir des jeunes bien formés, diplômés et qui ont une autonomie financière grâce à un emploi ou un auto-emploi. Ainsi, nous aurons des acteurs de développement dans leurs domaines respectifs.

Pour l’année 2015, ce projet a bénéficié à huit jeunes au total ; quatre à Dakar et quatre à Kaolack dans diverses formations (Couture, Hôtellerie, Electricité et Bâtiment). Sur plan des résultats, les relevés de notes des élèves bénéficiaires montrent des résultats très satisfaisants avec des moyennes supérieurs à 14/20. Toutes choses qui ont conduit la réunion à décider de poursuivre le projet pour les trois années de phase expérimentale qui ont été prévues lors du lancement. Le bilan financier du projet montre un coût total de 1569 euros, inscription et transport des étudiants compris.

  1. Perspectives

Notre ambition est de pouvoir lancer ce projet à l’échelle nationale, en ciblant diverses localités : Dakar, Kaolack, Thiès, Saint-Louis, Louga, Mbour, Tambacounda, Kédougou, Kolda et Ziguinchor. Par ailleurs, nous souhaitons également tester le projet à l’échelle sous régionale sur le long terme. Nous identifions des pays comme le Bénin qui compte un référent au sein de l’association. Cette démarche est conforme à la dimension panafricaine du mouvement Y’en A Marre qui contribue à l’éducation et à l’insertion professionnelle d’une masse africaine consciente, capable de relever les grands défis du continent. En se basant sur la budgétisation en 3 ans de formation, le coût total du projet pour 8 bénéficiaires s’élève à 5774 euros. Après la clôture de la phase test prévue pour Juillet 2017, le projet déjà lancé dans les régions de Dakar et Kaolack sera dupliqué dans les autres localités citées ci-dessus. Ainsi, nous prévoyons de prendre en charge 40 bénéficiaires sur les 10 régions choisies dont 4 bénéficiaires par localité. Le coût total du projet pour une quarantaine de bénéficiaires s’évalue à environ 30000 euros.

Scroll Up